[Annulé] Nocturne chez le Prince Estherázy

En raison des conditions sanitaires actuelles, ce concert est annulé.

Distribution :

Christophe Coin – Baryton à cordes
Raphaël Pidoux – Violoncelle
Daniel Cuiller – Violon
Gwenola Morin – Alto

Joseph HAYDN     (1732-1809)      Trio n°96 en si mineur pour baryton, alto, violoncelle
Andreas LIDL        (1740-1789)        Duo pour baryton et violoncelle
Franz HOFMEISTER  (1754-1812)     Duo opus 6 N°1 pour violon et violoncelle en Do Majeur
Luigi TOMASINI    (1741-1808)    Trio en mi mineur pour baryton, violon, violoncelle
Joseph HAYDN      (1732-1809)    Trio n°97 en Ré Majeur pour baryton, alto, violoncelle

Le prince Nicolas 1er dit « le Magnifique » fut, dans son château d’Esterhaza, un véritable mécène. Son goût sans bornes pour la musique et sa complicité avec Joseph Haydn firent la réputation de la famille Esterhazy dans la seconde moitié du 18ème siècle. C’est à cette époque que Haydn écrivit quelques 175 pièces pour le Baryton à cordes, (Paridon en anglais), remplies de pages magnifiques, en l’honneur du Prince Nicolas qui adorait cet instrument.
Partitions exigeantes ne reculant devant aucune difficulté pour les interprètes, ces divertissements passent de la mélodie jubilatoire à l’intensité la plus expressive, sans exclure une originalité où pointe l’extrême raffinement de l’inspiration créatrice propre à Joseph Haydn.
Dès le début du 17ème siècle, la « Paridon viol » apparut en Angleterre et connut un rapide essor vers l’Europe du Nord jusqu’à l’empire Austro-hongrois. Cette basse de viole a deux rangées de cordes, 6 en boyau sur lesquelles passe l’archet, et une vingtaine en métal, tendues sous les cordes principales, nommées cordes sympathiques, parce qu’elles offrent une plus grande résonance, en « sympathie » avec les cordes principales.